christ


christ

christ [ krist ] n. m.
Xe; lat. ecclés. christus, gr. khristos « oint », trad. de l'hébr. mashia'h « messie »
1Nom donné à Jésus de Nazareth. messie; seigneur. Le christ Jésus, le Christ. Jésus-Christ, et absolt Christ (usage des chrétiens de l'Église réformée). Le Christ sauveur. La paix du Christ.
2Représentation de Jésus-Christ attaché à la croix. crucifix. Des christs d'ivoire.

christ nom masculin Synonyme de crucifix. ● christ (difficultés) nom masculin Orthographe et sens Comme nom commun, sans majuscule, désigne un objet représentant le Christ ; prend un s au pluriel : des christs en ivoire. ● christ (synonymes) nom masculin
Synonymes :

christ
n. m.
d1./d Celui qui est l'oint du Seigneur.
Le Christ: Jésus de Nazareth.
d2./d Crucifix.

⇒CHRIST, subst. masc.
A.— Messie, rédempteur :
1. Vingt sectes égyptiennes, judaïques, s'accordant pour attaquer la religion de l'empire, mais se combattant entre elles avec une égale fureur, finirent par se perdre dans la religion de Jésus. (...) Tous croyaient à un christ, à un messie envoyé de Dieu, pour réparer le genre humain.
CONDORCET, Esquisse d'un tabl. hist. des progrès de l'esprit hum., 1794, p. 82.
Spéc. Nom attribué à Jésus de Nazareth au titre de son onction messianique. Le Christ Jésus, Jésus-Christ (souvent p. abrév. J.-C.), (le) Christ crucifié.
Rem. On rencontre ds la docum. les néol. suiv. a) Chez Teilhard de Chardin ) Christification, subst. fém. Action par laquelle Dieu pénètre l'univers de l'influence du Christ (cf. Le Milieu divin, 1955, p. 150). ) Christogénèse, subst. fém. Élaboration du Corps Mystique du Christ, qui ne parviendra à sa plénitude qu'à la parousie (cf. Le Phénomène humain, 1955, p. 331). b) Christocentrique, adj. Qui porte tout son intérêt sur la personne de Jésus-Christ et sur les relations surnaturelles entretenues avec elle (cf. Philos., Relig., 1957, p. 5007).
B.— P. méton. Représentation généralement en relief du Christ en croix (cf. crucifix). Un Christ en cuivre; des christs de bois. Un autel où était un Christ (Mme DE KRÜDENER, Valérie, 1803, p. 97) :
2. Cependant les yeux d'Alban s'étaient fixés sur un christ d'ivoire, au milieu de sa table, beau. C'était un christ Louis XIII encadré de chêne, avec des reflets de chose mouillée qui ruisselle, avec des fendillements verticaux dans l'ivoire qui rappelaient les traînées de sueur et de sang.
MONTHERLANT, Le Songe, 1922, p. 12.
Prononc. et Orth. :[], mais []. FÉR. Crit. t. 1 1787, LITTRÉ et BARBEAU-RODHE 1930 signalent que les protestants prononcent []. Pour FÉR. Crit. l's ne se prononce pas non plus dans Antéchrist (cf. ce mot). Attesté ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1680 iconogr. (RICH.). Du nom propre Christ, empr. au lat. Christus (ca 100, Tacite ds TLL Onom., 409, 54) lui-même empr. au gr. , trad. de l'hébr. « oint » (messie).
DÉR. 1. Christique, adj. Qui se rapporte à la personne du Christ. La présence du mythe christique doit être abolie. Le cadavre de Jésus doit cesser de s'interposer entre les hommes et les femmes (ÉLUARD, Donner à voir, 1939, p. 155). 1re attest. av. 1892 (H. Didon ds GUÉRIN : Leur histoire [...] des temps christiques); de Christ, suff. -ique. Angl. christic en 1874 ds NED. Fréq. abs. littér. : 2. 2. Christolâtrie, subst. fém. Adoration du Christ (dans le langage de ceux qui ne croient pas à sa divinité). La religion de Jésus est plus belle encore que la christolâtrie, sacrilège pieux que Jésus n'a point voulu (AMIEL, Journal intime, 1866, p. 86). 1re attest. 1846 (PROUDHON, Système des contradictions écon., t. 1, p. 9); de Christ, élément suff. -lâtrie (-lâtre, -ie). Angl. christolatry, 1819 ds NED. Fréq. abs. littér. : 2. 3. Christophanie, subst. fém. Apparition, manifestation du Christ. L'unité des frères présente une authentique christophanie — le Christ visible (Philos., Relig., 1957, p. 5201). Seule transcr. ds LITTRÉ : kri-sto-fa-nie. 1re attest. 1845 (BESCH.); de Christ, élément suff. -phanie (-phane, -ie).
BBG. — RITTER (E.). Les Quatre dict. fr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, pp. 372-373. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 415. — SCHMIDT (H.). Fr. vivant. Néol. Praxis. 1973, t. 20, p. 82 (s.v. christique).

christ [kʀist] n. m.
ÉTYM. Xe; lat. ecclés. christus, du grec khristos « oint », trad. de l'hébreu mâschiâkh. → Messie.
1 Titre attribué à un envoyé de Dieu, oint pour sauver le peuple, dans le judaïsme.
0.1 (…) ce n'est point cette parenté qui fait de lui un christ, titre déjà donné à Cyrus, et qui lui transmet son autorité comme fondateur de religion (…)
É. Burnouf, la Science des religions, p. 172.
1 (…) ceux qui avaient reçu une onction sainte, par exemple des rois comme David ou des Grands Prêtres, portaient le titre d'oint du Seigneur, en araméen Meschiah, messie, en grec Christos. C'est de ce terme qu'on désignera tout naturellement le mystérieux médiateur qui viendra, au nom de Dieu, assurer la « rédemption d'Israël » et le jugement.
Daniel-Rops, Histoire sainte, IV, III, p. 378.
Dans le christianisme, Nom donné à Jésus de Nazareth qui s'unit sans se confondre au Père et au Saint-Esprit dans la Sainte-Trinité. || Le christ Jésus. || Jésus le Christ ou Jésus-Christ [ʒezykʀi] (abrév. : J.-C.), et, absolt, Christ (usage des chrétiens de l'Église réformée). || Jésus-Christ, le Verbe. || Le Christ, Rédempteur, Sauveur, Seigneur (→ Antéchrist, cit. 2; assoupissement, cit. 9). || La parole du Christ ( Christique).
2 Je sais que le Messie doit venir (celui qu'on appelle Christ); quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle.
Bible (Segond), Évangile selon saint Jean, IV, 23.
Fam. || Avoir une figure de Christ, une figure rappelant celle que la tradition et les arts attribuent au Christ.
2 Image représentant Jésus-Christ. || Christ en croix. Crucifix. || Un christ d'ivoire. || Baiser un christ, le christ (Académie). || Les christs des chemins de croix, des vitraux d'église. || Une tête de Christ ceinte de la couronne d'épines. || Christ sur un calvaire. || Christ ceint d'une auréole. || Christ en gloire, en majesté ( Amande, mandorle).Le Christ mort, tableau de Mantegna.
3 Aux carrefours, les vieux christs qui gardaient la campagne étendaient leurs bras noirs sur les calvaires, comme de vrais hommes suppliciés (…)
Loti, Pêcheur d'Islande, III, XII, p. 188.
CONTR. Antéchrist.
DÉR. et COMP. Christique. Christologie.

Encyclopédie Universelle. 2012.